Jupiter. Dieu de tous les dieux dans la mythologie romaine

jupiter

Jupiter, dieu de tous les dieux dans la mythologie romaine

Dans la mythologie romaine, Jupiter est le roi. En fait, il est souvent considéré comme le roi des dieux. Il n'est peut-être pas le créateur original des créatures mythologiques qui ont dominé les récits et les légendes, ce rôle étant celui de son père Saturne, mais il est le protagoniste principal des légendes, tout comme Zeus l'était dans la mythologie grecque.

La mythologie a dominé la culture religieuse à Rome jusqu'au moment où la chrétienté l'a remplacée. Jusqu'à cela, Jupiter était la déité principale. Il était le dieu des cieux et, avec l'aide des rois de ce temps, il a établi les principes de la religion romaine.

Ses similitudes avec Zeus et les mythes grecs ne s'arrêtent pas à leur connexion respective avec les cieux et la foudre. Jupiter était le frère de deux autres dieux, Neptune et Pluton. Tout comme chez les Grecs, chacun de ces trois dieux contrôlait un royaume du monde: le ciel (Jupiter), la mer (Neptune) et l'Inframonde (Pluton). Jupiter était le plus puissant.

Roi religieux de Rome

Les Romains n'utilisaient pas la religion de la même façon que nous le faisons aujourd'hui. Ils avaient un dieu séparé pour chaque tâche: un dieu des récoltes, un dieu de la musique, un dieu du foyer, un dieu du vin et des célébrations, etc. Le pouvoir de Jupiter dans la culture romaine était simplement le plus étendu.

Il était le dieu que les personnes priaient et honoraient le plus. C'était celui auxquelles elles désiraient faire plaisir et dont elles craignaient le plus le courroux. Les Romains nommaient les choses d'après lui, plaçaient des statues à son image dans toutes les villes et souvent, prêtaient serment en son nom.

Des temples ont été construits en son honneur et les citoyens pouvaient y faire des sacrifices à Jupiter. Un des plus grands et des plus beaux était le Capitole de Rome. Les généraux paradaient dans la ville, se dirigeant vers ce temple, après les plus grandes victoires. Les bibliothèques et les textes les plus importants y étaient conservés. Tout était fait en l'honneur de la figure la plus importante de la ville. Alors que la plupart des religions actuelles croient en l'existence d'un seul dieu, les Romains avaient plutôt des croyances opposées mais Jupiter restait l'entité principale.

Chute des dieux

Le rôle de Jupiter dans la religion romaine est assez détaillé et change en fonction de l'état de l'empire. A différents niveaux, les parties adverses le prenaient à partie en matière de justice et confiaient en son jugement pour résoudre les conflits. Tout comme les religions monothéistes font souvent appel à la justice de Dieu pour appuyer les dires d'un camp ou de l'autre, les Romains invoquaient régulièrement Jupiter.

Avec l'évolution de la société, la place de Jupiter dans la culture a changé. Comme nous l'avons dit, il a commencé par être le roi des dieux. Cette vision de Jupiter a commencé durant la période royale de Rome, lorsque l'empire était dirigé par des rois. Les empereurs sont ensuite arrivés au pouvoir. On pensait qu'ils étaient des dieux vivants ou même des descendants directs de Jupiter. Lorsque Rome est devenue une république cependant, une transition s'est également opérée dans la façon dont les citoyens pensaient à Jupiter. Il représentait alors des factions opposées. D'un côté, il était l'image du pouvoir royal et la déité la plus importante du peuple. De l'autre, il commençait aussi à représenter l'ancienne royauté: quelque chose de mauvais et d'interdit qui méritait d'être puni et méprisé, quelque chose d'abhorré.

La nature physique de Jupiter est souvent comparée à celle de Zeus et s'approche même des représentations du dieu chrétien: un grand homme blanc avec une barbe blanche et fournie, accompagné d'un aigle. Tout comme le Dieu de l'Ancien Testament, Jupiter inspirait de la peur à ses suiveurs. Il régnait principalement par la crainte. Le fait qu'il soit toujours porteur d'une bonne réserve de rayons de foudre n'y était pas pour rien.

Les aspects religieux de Jupiter se sont évanouis, tout comme les anciennes religions. Cependant, les mythes le concernant et sa place dans la culture et les traditions ont continué à vivre jusqu'à nos jours, ce qui est également le cas pour Zeus.

Personnage culturel

Jupiter est né de Saturne. C'est le dieu suprême. On se référait souvent à lui sous le nom de Jupiter Optimus Maximus, ce qui peut être traduit par "le meilleur et le plus grand". Il était le père des dieux de la mythologie romaine et avait beaucoup de tâches à accomplir: il apportait la lumière et contrôlait le temps, protégeait durant les batailles et accordait la victoire aux vainqueurs. Sa présence était nécessaire en temps de guerre mais aussi en temps de paix, où il garantissait l'ordre et se chargeait du bien-être de ses sujets. On pensait aussi qu'il était le dieu du ciel et pas seulement les cieux réels et physiques.

Le calendrier romain a dédié plus de jours à Jupiter qu'à n'importe quel autre dieu. Son nom, en latin ancien, peut être traduit par "père". Une autre variante de son nom, Jove, est à l'origine du nom de notre quatrième jour de la semaine, jeudi. Et, évidemment, Jupiter est aussi le nom de la plus grande planète du système solaire. Il provient d'une de ses épithètes. On donnait souvent différentes épithètes à Jupiter en fonction de ses différentes fonctions. Une d'elles est Jupiter Caelestis, ce qui signifie céleste ou "des cieux". Comme les Romains voyaient la planète Jupiter dans le ciel nocturne, ils l'ont appelée ainsi en hommage au dieu du ciel. Le symbole astronomique de cette planète est donc un rayon de foudre qui représente le dieu Jupiter. L'adjectif "jovial" vient quant à lui de la racine "jove", qui signifie heureux ou amical. L'influence astrologique de Jupiter est donc sensée correspondre à ces traits. De nombreuses connexions peuvent être faites.

La présence de Jupiter a continué jusqu'à ce jour, dans des cultures qui ne considéraient cependant pas sa nature religieuse. Cette figure nous parle de l'importance massive de la société et de l'empire romains et de ce que Jupiter représentait pour un peuple ayant vécu il y a très longtemps.